Accueil > Presse & armes (articles, émissions...) > La Gazette des armes > Articles publiés en 2021, dans la Gazette des armes > Tireurs, méfiez-vous des concerts de musique !

article paru dans la Gazette des armes n° 540 avril 2021

Tireurs, méfiez-vous des concerts de musique !

samedi 27 novembre 2021, par Jean-Jacques BUIGNE président de l’UFA

Nous allons vous raconter la mésaventure d’un tireur amateur de musique actuelle. Un jour de 2015, il se rend dans un concert de musique. Le problème est que les musiciens sont issus des « skinheads » et qu’ils sont considérés par les autorités comme étant de la mouvance néonazie.

A la sortie du concert, toutes les identités des spectateurs sont relevées par des gendarmes arrivés en grand nombre. 4 ans plus tard, au moment de ses renouvellement d’armes de catégorie B, l’évènement est ressorti : la préfecture a prononcé un dessaisissement pour un an avec inscription au FINIADA au motif de son appartenance à la mouvance skinheads, ce qui était totalement faux. A l’issue de cette année de descente aux enfers, après avoir fourni un certificat psychiatrique et une enquête favorable de la gendarmerie et un recours par avocatI [1], la préfecture est revenue sur son arrêté de dessaisissement.

JPEG - 483.5 ko
Photo IStock

Pour récupérer ses armes, le tireur doit à nouveau déclarer les catégories C et constituer un nouveau dossier de demande d’autorisation pour ses catégories B. Après avoir accepté sa ré-adhésion, son ancien club de tir tatillon, impose les contraintes destinées aux nouveaux tireurs avec une formation sur 12 séances.
Entre-temps, il avait introduit une instance au Tribunal Administratif qui s’est désisté à la suite du nouvel arrêté lui rendant ses armes. Ainsi, il ne peut même plus demander à l’État une indemnité pour ses frais d’avocat.

Moralité : si vous êtes tireur, sélectionnez vos concerts de musique, sinon vos activités sportives en seront gâchées et vos finances dévastées.
Cette mésaventure est emblématique de l’érosion des libertés publiques dans notre pays dans lequel, sous prétexte de sécurité, les autorités adoptent de plus en plus le comportement de « Big Brother » .
Rel. L- 27/11/21

 

[1ntroduit par Maître Jeanne Ciuffa,

Imprimer cet article

Imprimer