Accueil > Presse & armes (articles, émissions...) > La Gazette des armes > Argumentaire

Gazette des armes n° 408 avril 2009

Argumentaire

Défendre les armes anciennes ou de collection

mercredi 15 avril 2009

Pourquoi élargir la définition des armes anciennes et de collection ? Voila un argumentaire que vous pouvez utiliser quand vous irez voir votre parlementaire.

- Article Gazette des armes, avril 2009 N°408,

- La définition actuelle a été introduite en 1939 et est restée figée depuis. A l’époque les armes de calibre militaire pour lesquelles des stocks de munitions étaient suceptibles d’exister étaient en grand nombre, mais c’était il y a 70 ans.

- Les armes de la fin du XIXème siècle comportent de nombreux modèles différents. C’est l’époque de l’industrialisation et les inventions, souvent sans lendemain, fourmillent. Ces armes sont actuellement considérées comme des armes de guerre au même titre qu’une Kalashnikov (AK47 ou AK74), le Famas, ou encore comme des armes de défense au même titre que le Colt Python en 357 ou en 44 magnum.

JPEG - 49.8 ko
Chez un collectionneur privé en Hollande.

- Les collectionneurs sont des gens raisonnables et réalistes. Ils accepteraient que soient déclassées les armes mais pas les munitions. Leur but étant celui de la collection. Actuellement, seules les munitions à chargement à poudre noire sont en 8ème catégorie, cette classification leur convient.

- Les collectionneurs belges bénéficient du millésime de 1898 depuis l’arrété royal du 20 septembre 1991. Le revolver modèle 1892 y est libre depuis 18 ans, tandis qu’en France, il semble toujours poser des problèmes à l’administration. Le ministère de la Justice belge est à même de confirmer que ces libérations ne posent pas de problèmes à la sécurité publique.

- Les collectionneurs du Royaume Uni bénéficient d’un régime de libre détention pour les armes de poing fabriquées jusqu’au 1er janvier 1919, ainsi que pour toutes les armes dont le calibre figure dans une liste de munitions obsolètes.

- Profitons de l’expérience française : les revolvers 11 mm d’ordonnance Modèle 1873 et 1874 ont été libérés en 1979 et les armes d’épaule de 11 mm système Gras ont été classées en 5ème catégorie en 1981 sans pour cela troubler l’ordre public. Cela a légalisé la situation de ces armes qui existaient depuis des décennies sur les murs des détenteurs.

- Le patrimoine armurier a autant de valeur que celui des autres technologies et nous sommes responsables de sa conservation pour les générations futures. Laisser les choses en l’état conduit à sa mutilation, sa destruction pure et simple par disparition progressive ou sa fuite vers des états plus soucieux responsables des biens culturels.

JPEG - 16.6 ko
Le représentants des collectionneurs européens, durant le congrès de la FESAC en 2007 Hollande.

- Halte au fantasme de la dangerosité : les services de police reconnaissent qu’il est plus facile et moins cher pour effectuer "un mauvais coup" de se procurer une arme moderne qui sera plus

  • le problème réside moins dans l’objet (inerte) et plus dans l’individu (actif),
  • il n’existe plus de munitions anciennes en état de fonctionner,
  • la technologie des armes a considérablement évolué,
  • le critère financier du coût d’acquisition de l’arme ancienne est devenu beaucoup plus net que par le passé lorsque beaucoup de détenteurs ignoraient la valeur de leur bien et que la demande de collection était plus restreinte,
  • les armes anciennes sont en faible quantité, d’un prix très élévé, complexes, fragiles et souvent d’usage compliqué.

Imprimer cet article

Imprimer