Accueil > Questions fréquemment posées > Enseignement : débouché dans la filière armurerie

Enseignement : débouché dans la filière armurerie

mardi 15 janvier 2013, par UFA

Professeur de maintenance en microtechniques, j’ai actuellement un élève très intéressé par la filière armurerie.
Je souhaiterais savoir quel parcours lui conseiller après son BAC Pro : directement le BMA ou plutôt le CAP suivi du BMA.

Quels sont les débouchés à la sortie du BMA ? Trouve t’on toujours du travail dans cette filière ?

- Un élève titulaire du BAC PRO devrait rentrer directement en BMA vu son niveau. La formation est de 2 années.

- Si l’élève n’a aucune formation d’ajusteur il serait bien qu’il fasse un CAP pour acquérir les bases de l’ajustage et une dextérité manuelle. Il peut alors faire la demande en cours d’année pour être pris en BMA. Cette formule a
l’inconvénient de prendre 3 ans.

- La 3ème solution est de rentrer en CAP et d’arrêter au bout d’un an
après avoir obtenu son diplôme.

Le nombre d’élèves est très restreint dans cette filière. Il est préférable d’aller aux journées portes ouvertes du Lycée Benoît Fourneryon pour rencontrer les professeurs et expliquer ses motivations.

Les élèves sont éloignés de leurs familles et il n’y a pas d’internat à l’école pour les élèves d’armurerie.

L’âge de l’élève est à prendre en considération. Le métier d’armurier a plusieurs
aspect :

  • côté mécanique
  • côté artistique
  • côté historique
  • commerce - le tir - la chasse

C’est pourquoi il est important que l’élève ait une forte motivation. L’école forme des élèves de très bon niveau mais nous savons très bien qu’un travail manuel et technique comme celui d’armurier demande de nombreuses années de pratiques pour être performant.

JPEG - 26.7 ko
Il y a autant a faire dans la réparation que dans la vente.

Au niveau de l’embauche et des débouchés après le diplôme, il existe 3 filières :

  • L’industrie qui aujourd’hui en France se résume à quelques sociétés et l’Italie prend régulièrement quelques élèves qui souhaitent approfondir leur formation. Le nombre de place est très réduit.
  • La grande distribution (Décathlon - Terres et eaux etc.) recherche régulièrement quelques salariés.
  • Les armuriers de détails dans l’ensemble recherche également des personnes qualifiés.

Les débouchés sont dans l’ensemble très faibles. Ils se résument au départ à la retraite ou souvent pour les autres du manque de possibilités d’évolutions de plan de carrière et de salaires.

La profession est tributaire d ’un risque important de modification de la législation de la chasse, des armes et des points de ventes. Malgré tout il faudra toujours des armuriers.

Il reste évidement la filière militaire et la police, mais cela est un autre filière.

Lire aussi : les écoles d’armurerie.

Imprimer cet article

Imprimer