Accueil > Dossiers pratiques, études etc... > Armes et collectionneurs > Archives historiques sur les armes de collection. > Les bataillons scolaires à la fin du XIXème siècle. > Les bataillons scolaires : les jours de gloire

Les bataillons scolaires : les jours de gloire

Cet article contient une partie privée, réservée aux abonnés et adhérents.
Assurez-vous de vous connecter pour la conculter.

lundi 6 août 2018, par lionrobe

La patrie et l’armée occupaient une place de choix dans la profession de foi des républicains sur l’école en tant que mythes fondateurs du régime et instruments visant à en pérenniser le modèle politique.

|Cet article fait partie d’une suite de trois articles :

- un élan national, il s’agit des premiers bataillons scolaires et des raisons politiques qui ont conduit à leur création,
- les jours de gloire, vous êtes sur cet article,
- une désaffection progressive. l’évolution des mentalités et la réticence des corps constitués auront raison des bataillons scolaires.

JPEG - 42.4 ko
Ces « Bataillons » devaient dispenser aux élèves une formation prémilitaire graduée, adaptée à leur âge.

Paul Bert, avec Gambetta et Jaurès, l’une des figures emblématiques de la République française, crée les bataillons scolaires en 1882. Il fait fabriquer des mini clairons, mini tambours, répliques réduites des fusils Gras.

JPEG - 61.4 ko
le fusil d’exercice ne doit pas être susceptible de recevoir la cartouche, tout en se rapprochant autant que possible, comme mécanisme, du modèle en usage dans l’armée ; il va sans dire que son poids et ses dimensions seront en rapport avec les forces des enfants qui auront à le manier 

Pour l’instruction avec armes, on créa deux répliques allégées du fusil Gras Mle 1874, l’un avec canon en bois, ne pouvant tirer, l’autre réelle, utilisable pour le tir avec cartouche Gras du type réduit, et dotée d’un sabre baïonnette un peu plus léger que le modèle réglementaire.
Le 18 mai 1882, Paul Déroulède fonde la "Ligue des patriotes", qui veut mobiliser la jeunesse autour de la patrie en encourageant la création de sociétés de tir et de gymnastique. Elle contribuera en bonne part à l’armement des bataillons scolaires.

J. FERRY, dans une lettre aux Préfets, annonce la prochaine livraison de ces fusils et informe les municipalités qui désireraient acquérir des fusils d’exercice qu’elles devront s’adresser à l’industrie privée (avec aide possible du Ministre) « dans la limite de ses ressources ». le fusil d’exercice ne sera cependant pas fonctionnel.

La suite de cet article est privée !

Seuls nos adhérents et les personnes ayant un accès privé au site peuvent la consulter.

Si tel est votre cas, assurez-vous de vous connecter à votre compte pour voir la suite de l'article.
 

Imprimer cet article

Imprimer