Accueil > Accueil > Gagnerons-nous ?

Gagnerons-nous ?

jeudi 14 janvier 2016

L’amalgame portant sur les tireurs fournisseurs d’armes et de munitions des terroristes me donne à réfléchir.
Traditionnellement, lorsque les pouvoirs publics font porter la responsabilité sur les usagers c’est que la bataille est perdue.
Dans l’ancien temps, on poursuivait les trafiquants de drogue avec sévérité, au moment de l’explosion de la consommation d’héroïne puis de cocaïne dans les années 70-80 et la banalisation du cannabis, les choses ont changé. Depuis, la force financière de ces trafics est telle que l’on ne peut plus les stopper.
On a alors vu fleurir les actions sociales à destination des consommateurs, les poursuites sévères à l’égard des consommateurs et petits revendeurs. Et cela avec un résultat faible. Et ce malgré d’énormes efforts de la part des forces de l’Ordre qui n’en peuvent plus.

En matière de prostitution, dans l’ancien temps on poursuivait les proxénètes, les « julots », et l’on maintenait la prostitution à un niveau le plus faible possible. Depuis l’ouverture des frontières avec les anciens pays de l’Est, les mafias ont peuplé nos rues sombres et même des emplacements en pleine lumière, de quantité de prostituées roumaines, bulgares, albanaises, etc., etc. La quantité de femmes sauvagement exploitées est telle que cette forme moderne d’esclavage ne peut être stoppée.
Alors on voit fleurir les actions à destination des « consommateurs », future pénalisation du client, etc., etc. Et cela avec un résultat faible. Et ce malgré d’énormes efforts des forces de l’Ordre qui n’en peuvent plus.

Dans l’ancien temps on poursuivait avec sévérité les membres des forces armées et des forces de l’Ordre qui ramenaient parfois en quantité des armes automatiques, des munitions, et même des armes lourdes (RPG7) en provenance du Liban, d’Albanie, etc. On traquait les gens des cités qui, à partir des ports, obtenaient des armes, c’était l’époque du Kalach à 2000 francs (je n’en ai jamais vu !).
Puis les pays de l’Est se sont effondrés et cela a été l’invasion de matériel.
Et maintenant malgré tous les rapports indiquant d’où proviennent ces armes, et comme on ne sait pas comment arrêter leur importation, que fait t-on ?

« Alors on voit fleurir les actions à destination des consommateurs……….., retrait de certains types d’armes, demande de surveillance accrue sur les consommables (munitions, chargeurs) des tireurs, amalgame tireur- trafiquant, etc,etc ».

Alors, nous le savons objectivement, la bataille de la drogue est perdue depuis longtemps ; la bataille de la prostitution, il suffit de se promener le soir en voiture pour constater qu’elle est également perdue ; quant à la bataille contre le trafic d’armes, si on commence à s’attaquer aux tireurs-chasseurs-collectionneurs, c’est qu’on n’est pas loin de la perdre.

J’aimerais me tromper, mais je me pose cette question « savons-nous encore nous battre efficacement ? Et gagnerons-nous ?  »

JPEG - 9.4 ko
Maître Philippe Mullot

Mais j’ai encore confiance dans les pouvoirs publics qui font tout leur possible et oeuvrent avec diligence, et se préoccupent de la situation, le tout sous la houlette bienveillante du Président et du Premier Ministre dont le sourire radieux illumine le paysage de notre République socialiste française.
Vous excuserez ce couplet patriotico-mielleux, mais une assignation à résidence est vite arrivée de nos jours, et quand les libertés diminuent il faut apprendre à courber le dos.

Bon courage !

Imprimer cet article

Imprimer