Article paru dans la Gazette des armes n° 539 mars 2021

Les ventes d’armes sont florissantes

mardi 23 mars 2021, par Jean-Jacques BUIGNE président de l’UFA

Les confinements, couvre-feux et autres évènements ont provoqué une crise de l’activité commerciale. Les armuriers et antiquaires en armes anciennes s’en sortent plutôt mieux que d’autres commerçants car les acheteurs se disputent les armes et vident les stocks.

Les affaires sont florissantes pour ceux qui ont sauté le pas de pratiquer la vente en ligne, mais aussi pour la vente en magasin appuyée par les réseaux sociaux. A tel point que certains armuriers sont atteints de paresse administrative. Nous venons de recueillir le témoignage d’un collectionneur belge qui achète des armes dans le monde entier. Il fait tous les « papiers » d’importation, et réalise les inscriptions dans son registre de collectionneur dont il envoie aux autorisés une copie chaque année. Mais les armuriers français refusent de demander à la douane un « permis de transfert d’arme à feu » prétextant de «  complications administratives » et préfèrent refuser la vente que de faire ces démarches, pourtant très simples : ils sont débordés par les affaires !

Des journalistes mal intentionnés pourraient y voir à mal en décrivant des constitutions de stocks d’armes en cas de troubles. Tout le monde sait (sauf eux) que les détenteurs d’armes sont des gens pacifiques qui possèdent des armes pour la pratique d’un sport (chasse ou tir), même si le confinement y met un frein. Ou encore des collectionneurs qui recherchent les témoignages de l’histoire de l’humanité au travers des armes qu’ils collectionnent.

On pourrait se demander le pourquoi de cette belle activité économique ? C’est tout simple : les amateurs d’armes ont fait des économies forcées : plus de vacances, de sorties et de restaurant. Bref il y a de l’argent inemployé qui brûle les doigts. Comme dans le même temps, le monde leur paraît triste et gris, alors ils se font plaisir avec ce qu’ils aiment. D’autant plus que les chasseurs peuvent à nouveau sortir dans la nature, et les stands de tir de plein air restent ouverts

JPEG - 1.6 Mo
JPEG - 1.3 Mo
JPEG - 990.1 ko
Dans cette armurerie, les armes arrivent par palettes, seule inquiétude : le réapprovisionnement. Le marché américain a déjà « pompé » tous les stocks des fabricants et nous nous acheminons vers une pénurie à moyen terme ! (photos Armexpress).

Rel. L- 23/03/21