Accueil > Dossiers > Historique : pistolets automatiques espagnols en « 9 mm Largo (...) > Le Campo-Giro

Le Campo-Giro

Cet article contient une partie privée, réservée aux abonnés et adhérents.
Assurez-vous de vous connecter pour la consulter.

mardi 21 juin 2022, par lionrobe

A l’origine, fut créée en 1903 par Théodore Bergmann, en collaboration avec Louis Schmeisser, la «  9mm  Bergmann-Bayard » pour le pistolet Bergmann n°6.
Destinée à améliorer le pistolet n°5, elle permet l’adoption du modèle n°6 par l’armée espagnole, puis du n°8. Cette puissante 9mm est enfin officiellement adoptée par le Danemark en 1910. |

JPEG - 14.2 ko
Théodore Bergmann

Cet article fait partie d’une suite de 3 articles.
- Le Campo-Giro ; vous êtes sur cet article
- L’Astra 400  : le « fils » du Campo-Giro, entre les mains des deux camps pendant la guerre civile espagnole, en Amérique du sud, et aussi des nazis
- Le JO-LO-AR : un mécanisme étonnant « le pistolet des manchots », production essentiellement civile.|


Très satisfaite du rendement de cette cartouche dans le Bergmann-Bayard 1910-21 (arme fabriquée sous licence par les anciens établissements Pieper de Herstal en Belgique, qui portait la marque « Bayard », généralement utilisée pour les P.A), l’Espagne va l’adopter comme cartouche réglementaire sous le nom de 9mm « Largo Ordinario mod. 1903  », pour le Pistolet Campo-Giro modèle 1913, suivi, en 1921, par l’Astra (dit « mange tout » et enfin, le Star Modèle « A » dont l’aspect rappelle le Colt M.1911.

JPEG - 219.9 ko

Le Campo-Giro la firme « Esperanza y Unceta »

JPEG - 93.2 ko

Don Juan Esperanza, un fin mécanicien, s’associe à Don Juan Pedro de Unceta-Baerenechea Cendoya pour fonder leur firme le 17 juillet 1908 à Eibar, dans le berceau basque dont est issue la longue lignée d’armuriers à laquelle appartient le second.
Ainsi, tout comme pour la firme Bergmann, la vocation initiale de sous-traitance de pièces détachées mécaniques peut se trouver rapidement complétée par la production d’éléments destinés au montage des pistolets réalisés par les nombreux artisans locaux.
Si l’obtention des contrats militaires est à l’époque soumise à forte concurrence, le marché civil est très porteur et la vogue des pistolets automatiques Browning 1906 conduit à sa déclinaison en de multiples copies par les artisans basques.
Esperanza y Unceta va proposer à son tour sa propre version, sous la marque « Victoria », un « modèle 100 » ou « modèle 1911 », en 6,35 mm ou 7,65 Browning, de type « hammerless », pouvant être porté commodément en poche.

Cependant, une opportunité d’investir le marché militaire apparaît lorsque l’armée espagnole, mécontente des délais de livraison des 3000 exemplaires du Bergmann (Mars) 1905 (devenu 1908, livré 3 ans après la commande initiale), manifeste son intention de privilégier une production nationale. L’entreprise va connaître son premier développement majeur en participant au contrat de fabrication des pistolets Campo-Giro dès 1912, ce qui l’obligera à trouver des locaux plus vastes à Guernica en 1913.

PNG - 1.5 Mo

La suite de cet article est privée !

Seuls nos adhérents et les personnes ayant un accès privé au site peuvent la consulter.

Si tel est votre cas, assurez-vous de vous connecter à votre compte pour voir la suite de l'article.

La suite de cet article contient :

  • - l'histoire du pistolet Campo-Giro

  • - et bien entendu de sa cartouche

 

Imprimer cet article

Imprimer

Dans la même rubrique