Article paru dans la gazette des armes n° 514 de décembre 2018

Bavure : la préfecture n’aime pas les reconstitueurs

samedi 1er décembre 2018, par Jean-Jacques BUIGNE président de l’UFA

JPEG - 47.5 ko

Tout a commencé en mars 2018, quand notre délégué UFA/FPVA du Grand-Est s’est plaint que la sous-préfecture de Molsheim (67) ait classé un fusil Lebel 1886, un fusil Gras 1874 et un Gewehr 1888 neutralisé en catégorie C.

Alors nous lui délivrons une attestation pour garantir à la préfecture le classement en catégorie D§e) de ces trois armes. Notons que la neutralisation du Gewehr ne change pas son classement puisqu’il est déjà classé arme de collection en raison de la date de son modèle antérieur à̀ 1900. Mais la préfecture doit savoir mieux que les experts en armes anciennes puisqu’elle refuse de « clore le dossier ». C’est-à̀-dire de cocher la case dans l’écran AGRIPPA pour supprimer ces enregistrements inopportuns.

Mais, pour corser l’affaire, à l’occasion des commémorations du 11 novembre, la même sous-préfecture interdit à notre adhérent de porter le Lebel et le Gras sous prétexte qu’ils ne sont pas neutralisés, il aurait seulement le droit de sortir son Gewehr 1888 neutralisé.

JPEG - 142.4 ko
Quel mauvais enseignement pour la jeunesse que de voir une préfecture ne pas respecter les textes et persister dans son erreur. Photo réalisée au Col de la Chapelotte sur le chemin des Corses

Elle fonde sa décision sur l’article R315-3 du CSI qui n’autorise que les armes de catégorie D ou les armes neutralisées en C9. Alors c’est tout simple, nous adressons à la préfecture une lettre « pédagogique » pour rétablir la situation : les 3 armes sont bien classées en catégorie D§e) dont le CSI autorise le port public par le fait que « la justification de la participation à une reconstitution historique ou une manifestation culturelle à caractère historique ou commémoratif constitue un motif légitime de transport et, le cas échéant, de port des armes et éléments d’arme neutralisés, des armes et matériels [...] dans le cadre du déroulement de ces manifestations. »
Nous n’avons jamais eu de réponse à notre courrier, mais notre adhérent a sorti ses armes. Nous avons informé́ le Ministère de cette situation.

JPEG - 60.2 ko
Les autorités sont demandeuses de reconstitueurs. Alors arrêtons de les empêcher d’un autre coté sous peine de provoquer la schizophrénie. Ces reconstitueurs réunis à Verdun savent que la paix passe par l’amitié et l’entente entre le peuples. Alors il serait temps que les autorités préfectorales y mettent du leur.