Patrick Resek nous a quittés

mardi 13 mars 2018, par Jean-Jacques BUIGNE président de l’UFA

Nous avions 16 ans quand nous nous sommes rencontrés boulevard Richard Lenoir à la foire à la " ferraille et aux jambons" de Paris. Nous cherchions mutuellement des « vieilles armes », Patrick Morel-Resek des hallebardes et armures, moi des armes règlementaires françaises. C’est ainsi que l’étincelle magique de la collection d’armes anciennes est née. Elle a fait que nous avons consacré nos vies à leur recherche et étude, nous avons travaillé à les comprendre, les défendre et les faire aimer du grand public.

PNG - 159.2 ko
Au congrès de la FESAC à Vienne en 2006,
avec Stephen Petroni l’actuel Président de la Fédération.

J’ai lancé la SA Le Hussard en 1980 dont Patrick a toujours été proche et attentif pour apporter son aide. Il est venu rejoindre la société de vente d’armes anciennes en tant qu’associé en 1999, il s’agissait de me seconder. Il est vrai que depuis cette date, je consacre beaucoup de temps à la défense des collectionneurs avec une meilleure règlementation des armes. Patrick avait le même désir de partager ses connaissances et il s’est notamment exprimé au travers d’ouvrages édités par les Editions du Portail, le département éditions du Hussard.

PNG - 127.3 ko
Au Hussard en mars 2008.

Sa qualité principale était son immense mémoire : il pouvait voir un objet incomplet ne ressemblant à rien, et il affirmait : « c’est une partie de tel objet que j’ai vu dans tel musée » souvent loin en Europe. Et vérification faite, c’était toujours vrai.
D’une dextérité exceptionnelle, il a souvent restauré des armes en les traitant avec respect, comme de véritables objets d’art.

Comme beaucoup, il était resté nostalgique de la disparition du Hussard et, depuis sa retraite, il meublait son temps à faire des recherches historiques. Discret et sympathique, il était aimé de tous et laissera un bon souvenir.

PNG - 157.8 ko
Les ouvrages auxquels Patrick Resek à contribué.

Mi mars 2018, il s’est éteint subitement à Cannes alors qu’il semblait recouvrer la santé après une période de convalescence.
Patrick, tu étais le parrain d’un de mes enfants, tu faisais presque partie de ma famille, ta présence et ton amitié vont beaucoup manquer.