Le fonctionnement et les dérives des clubs de tir

Contester le fonctionnement du stand de tir ?

vendredi 23 mars 2018, par Jean-Jacques BUIGNE président de l’UFA

En marge de notre article fonctionnement et dérives des stands de tir, nous sommes harcelés de questions de tireurs qui sont mécontents du fonctionnement de leur club de tir.
Dans cette page nous avons rassemblé les questions les plus fréquentes.

Vol d’armes au pas de tir

On nous dit : en pleine séance de tir, un tireur revenant des résultats s’est aperçu que son arme avait disparue.

La réponse de l’UFA :
Cette situation est connue et nous ne la qualifierons pas de « banale «  par respect pour le tireur sportif confronté à ce vol. Pour éviter ce danger, chaque fois qu’un ou des tireurs se rendent aux résultats, un responsable du pas de tir doit rester sur place afin de s’assurer :
- qu’aucune personne présente sur le pas de tir ne s’approche des tablettes de tir pour ranger les armes, les déplacer, préparer des chargeurs, etc…
- qu’aucune personne ne s’approprie tout matériel ne lui appartenant pas.
Cette simple mesure de bon sens est mise en pratique depuis longtemps dans de nombreux clubs et donne toute satisfaction ; Il faut savoir s’informer auprès des autres présidents pour appliquer des mesures qui ont fait leur preuve.

Le port de l’arme à l’étui :

On nous dit « afin qu’un tireur puisse mettre son arme vide à l’étui pour aller aux résultats »

La réponse de l’UFA :

PNG - 67.4 ko
Bien entendu, on ne voit ce genre de situation particulière qu’en Israël.

L’autorisation du port de l’arme vide à l’étui sur le pas de tir ou pour aller aux résultats doit être inscrite dans le règlement intérieur du club, règlement approuvé par tous les membres du bureau de l’association. On peut penser que le but est d’améliorer la sécurité des tireurs et des membres présents au pas de tir.
Si nécessaire, la question doit être posée au Président de la Ligue Régionale de Tir et au Président de la FF Tir par une lettre écrite et circonstanciée ; question qui sera inscrite à l’ordre du jour de la prochaine assemblée générale des destinataires.
Attention cependant à ne pas vouloir copier les tireurs qui pratiquent une autre discipline régie par la FF Tir ou le port de l’arme à l’étui est prévu mais sous certaines conditions (présence d’un accompagnant proche du tireur), conditions qui semblent difficiles à mettre en œuvre sur un pas de tir 25 m précision comportant dix postes.

L’inscription au club de tir, les parrainages :

On nous dit : « nous sommes obligés d’avoir un parrain pour une nouvelle inscription au club de tir. »

La réponse de l’UFA :
Nous ne le répèteront jamais assez « les textes, rien que les textes et tous les textes « .
En l’occurrence, il s’agit du règlement intérieur.
Les conditions à réunir pour devenir membre d’un club de tir doivent être claires et figurer dans le règlement intérieur du club.
Sans vouloir être exhaustif, nous avons connaissance des documents qui peuvent être demandés à tout postulant désirant devenir membre d’un club de tir :
la carte nationale d’identité française en cours de validité, un justificatif de domicile de moins de trois mois, le bulletin de casier judiciaire numéro 3, un certificat médical de non contre-indication à la pratique du tir sportif, le document du moniteur de tir du club attestant que le demandeur est apte à manipuler une arme à feu en toute sécurité (après avoir pratiqué le tir à plomb à 10 m avec un initiateur du club par exemple), l’engagement par écrit de respecter les règles en vigueur sous peine d’exclusion après avis d’une commission de discipline (existante et mise en place par le Président), le parrainage d’un ou de plusieurs membres du club en possession de la licence FF Tir validée pour l’année en cours, etc…
Cette liste de documents peut sembler un peu longue et surprenante pour toute personne habituée à pratiquer un autre sport ; en fait tout tireur sportif régulièrement licencié FF Tir peut dans des délais prévus présenter une demande d’autorisation de détention d’armes de catégorie B auprès de la préfecture de son département de résidence après l’aval de son président. Il devra pour cela constituer un dossier complet et certaines pièces énumérées ci-dessus en feront partie.

Les autorisations de détention :

On nous dit : « certains se sont vu refuser leur inscription car ils voulaient une arme chez eux. »

La réponse de l’UFA :
Le Président du club de tir engage sa responsabilité en signant « la feuille verte » d’avis préalable permettant au tireur de déposer auprès de la préfecture de son département de résidence un dossier de demande d’autorisation d’acquisition d’arme de catégorie B.
Lors de toute inscription dans un club de tir, chaque tireur, futur détenteur d’arme s’il le désire, devrait être prévenu par son Président qu’il pourra éventuellement refuser la délivrance de l’avis préalable si le tireur ne respecte pas le règlement intérieur : assiduité, observation des règles de sécurité au pas de tir, comportement auprès des autres tireurs, respect du règlement, etc…
Le président doit faire preuve de pédagogie, de tact et de respect envers le futur adhérent mais il doit surtout s’assurer que ses recommandations et conseils seront bien appliqués par la suite par le futur tireur ; ce qui sous-entend que le président dispose dans son organisation interne d’un nombre de personnels désignés et aptes à faire respecter les règles en vigueur de son club.

La sécurité au pas de tir :

On nous dit : « il n’y a jamais trop de sécurité pour le tir ».

Au pas de tir, toute manipulation de l’arme doit être prévue, réfléchie et cohérente.
L’actualité du 17 mars 2018 nous montre que toute négligence aussi minime soit elle peut devenir rapidement tragique : 1 mort et 1 blessé grave dans un club de tir, 2 mises en examen probables pour homicide et blessures involontaires pour les personnes mises en cause.


La réponse de l’UFA :
Dès qu’une arme courte/longue est prise en main par un tireur, un drapeau de chambre coloré doit être placé dans la chambre vide de l’arme et doit être bien visible. Aucune autre personne ne doit manipuler l’arme du tireur.
Ce n’est que lorsque l’arme est placée sur la tablette ou la table de tir, que le canon sera dirigé vers la butte de tir, que le drapeau de chambre pourra être retiré afin que l’arme soit vérifiée, approvisionnée, chargée et prête au tir.
Dès que le tir sera terminé, le drapeau de chambre sera de nouveau mis en place. Bien sûr, chaque tireur présent devra se contenter de regarder les matériels ainsi exposés à sa vue ; c’est juste du respect de propriété privée à laquelle vous le savez nous sommes tous très attachés.

Comme nous l’avons déjà écrit plusieurs fois, l’UFA n’a pas vocation à « s’immiscer » dans les actualités et les différentes situations des Clubs de Tir. Cependant, à la lecture des faits rapportés, nous relevons toujours les mêmes intervenants, la FF Tir, la Ligue régionale de Tir, le Président du Club de Tir et les tireurs.
Conclusion : si vous adhérer à un club, c’est parce que vous en acceptez les règles. Si elle ne vous convienne pas, alors cherchez un autre club !