Ces transporteurs qui n’aiment pas les armes !

jeudi 13 juillet 2017, par Jean-Jacques BUIGNE président de l’UFA

Notre petit monde de l’arme se trouve pris au dépourvu pour les expéditions. Un certain nombre de transporteurs refusent des colis d’armes. Nous en avons fais ci-dessous une liste non exhaustive.
Mais certains d’entre eux passent des contrats avec des professionnels et arrivent à transporter des armes destinées à des professionnels hoplophobes [1].
.

Liste” des transporteurs

-  Chronopost :
les armes à feu, les armes de guerre ou de collection chargées ou non, les objets d’art, les antiquités et suivent les stupéfiants, les psychotropes comme s’il y avait un rapport.

-  GLS :
La livraison en point relais est impossible pour les pneus. les marchandises dangereuses et les armes ou éléments d’armes et munitions.

- UPS :
Les envois ne doivent contenir aucun des articles prohibés figurant dans le Guide, y compris (cette liste n’étant pas limitative) des articles de valeur inhabituelle (oeuvres d’art, objets anciens, pierres précieuses, timbres, articles uniques, argent ou or), de l’argent ou des effets négociables (chèques, lettres de change, bons, produits d’épargne, cartes de crédit prépayées, certificats d’actions ou autres titres), des armes à feu et des produits dangereux.

- FEDEX :
Articles non transportables : Armes à feu, matériel de guerre, munitions et pièces.

Les transporteurs possibles

- Le groupe la Poste.
Etant une entreprise avec délégation de service publique, ils ne peuvent pas refuser des colis contenant des armes. Mais au cours de l’été 2017, ils ont été soumis au refus des compagnies aérienne pour lesquelles la sécurité aérienne refusait les colis d’armes. Voir article.

Lire aussi :
- Pas d’avion pour les armes en colis postaux,
- Transport de munitions dans les bagages de soute,
- Port et transport d’armes pour un collectionneur,
- Port et transport d’armes pour chasseur, tireur, sportif ou défense.
- Port et transport d’armes factices
- Notre rubrique sur le sujet.

[1De l’anglais hoplophobia, lui-même du grec ancien ὅπλον, hóplon (« arme ») et φόβος, phóbos (« peur »). Le mot est créé en 1962 par le colonel Jeff Cooper, spécialiste en armes à feu et écrivain