Accueil > Dossiers, études etc... > L’actualité du monde > Quand les fonctionnaires outrepassent la loi

Bourses aux armes en Belgique

Quand les fonctionnaires outrepassent la loi

samedi 28 mai 2011, par Jean-Jacques BUIGNE président de l’UFA

La règlementation Belge est très large et nombreuses sont les armes libres qui sont règlementées dans les pays voisins. A tel point que dans les bourses aux armes, se côtoient Français, Allemands, Espagnols etc… Leur but est d’acheter des armes et les rapporter chez eux.

Depuis quelques temps, les marchands d’armes anciennes qui se rendent en Belgique, se trouvent devant un problème apparemment insoluble. Il doivent présenter les armes qu’il doivent exposer, un mois avant au banc d’épreuve de Liège pour donner la liste a l’administration Belge. Le cout de cette présentation est de 12,5O € par arme.
Inutile de dire que c’est totalement irréaliste : ils ne peuvent pas venir un mois avant au Banc d’épreuve de Liège pour présenter leurs armes, d’autant plus qu’il y a de fortes chances qu’elles soient vendues entre-temps. Et puis la taxe par arme est excessive pour un stand important.

Eldorado de l’arme en prend un coup !

Les particuliers et commerçants qui vendent des armes en vente libre en Belgique doivent tenir un registre reprenant l’identité de l’acheteur et les caractéristiques de l’arme. Après la bourse ils doivent en communiquer une copie à l’organisateur qui lui doit la transmettre aux autorités compétentes. Les autorités des pays respectifs des acheteurs seront ainsi informées des achats, par l’administration Belge.
L’organisateur de la bourse est tenu responsable de tout cession d’arme qui serait effectué hors de la bourse, comme le parking par exemple.

Il est à noter que cette règlementation n’existe pas dans les textes légaux, elle est tout simplement sortie du cerveau d’un haut fonctionnaire notoirement anti-armes qui a « pondu » une circulaire destinée aux fonctionnaires pour expliquer l’esprit de la loi et de ses arrêtés d’application. En d’autres lieux on parlerait de despotisme.

Imprimer cet article

Imprimer