Accueil > Accueil > Questions sur le classement dans l’une des 4 catégories > Comment classer une arme fabriquée avec une imprimante 3D ?

Comment classer une arme fabriquée avec une imprimante 3D ?

jeudi 9 août 2018, par Hadrien NEUMAYER


Bien que les spécialistes et experts en sûreté aéroportuaire avertissent depuis 10 ans sur les dangers potentiels liés aux armes imprimées en 3D (difficultés de détection par les opérateurs liées aux matières peu visibles aux détecteurs radioscopiques, nouvelles pièces difficilement reconnaissables par ces derniers qui ne sont pas formés à cette pratique…), la question est relativement nouvelle en France, contrairement aux Etats-Unis où le problème s’est déjà posé.
La démocratisation des imprimantes 3D pose désormais ce problème au niveau mondial.


D’un point de vue légal, la fabrication de ses armes de nouvelle génération est très encadrée. Les modèles 3D ne sont pas accessibles au commun des mortels et circulent en douce sur le dark web. De plus, comme toute arme, la fabrication est liée à la possession d’un agrément d’armurier de catégorie idoine, et pour les potentielles armes en catégorie A et B, à une AFC (Autorisation de Fabrication et de Commerce) en bonne et due forme.
Ce qui d’un point de vue strictement légal met la fabrication hors de portée du simple amateur d’armes.
Heureusement pour nous, cette pratique relativement jeune est encore mal maîtrisée, les matières polymères s’adaptant mal des pressions immenses des cartouches modernes et leur résistance corrélative ne leur permettent de tirer qu’un nombre limité de coups, ces armes devenant des « consommables ». De plus, la précision est loin d’égaler les armes industrielles qui restent plus attirantes pour les terroristes et autres crapules.
Les « kalash » ont encore de beaux jours devant elles !

La presse se déchaîne :
- Facebook interdit le partage des plans des armes 3D.
- Huffingtonpost
- Le parisien
- Vidéo : fabriquer son pistolet avec une imprimante 3D.
- Vidéo : construire son fusil d’assaut avec une imprimante 3D.

Tout cela fait penser aux fusils « Pou-Pou » faits au Congo par certains rebelles.
Il fabriquaient des fusils avec un bout de tuyaux de plomberie, un clou et un morceau de chambre à air de vélo comme percuteur et ressort de percuteur. Ces armes « tiraient » des cartouches de chasse prises çà et là… Parfois le « tireur » était surpris… "Pou-pou" est l’onomatopée du bruit de la détonation.

Imprimer cet article

Imprimer