Accueil > Dossiers pratiques, études etc... > Les tireurs > Fédérations et clubs de tir > Fonctionnement et dérives des clubs de tir

Article en cours de rédaction

Fonctionnement et dérives des clubs de tir

lundi 18 septembre 2017, par Jean-Jacques BUIGNE président de l’UFA

De nombreux correspondants font état de demandes totalement "exotiques" de la part de leur club de tir. On leur demande de fournir des papiers, certificats médicaux ou copies d’autorisations alors que cela n’est pas prévu par les textes.
Nous avons voulu faire le point pour vous.

Association loi de 1901

Avant tout, un club de tir est une association qui a des statuts conformes à la loi de 1901 sur les associations.. Elle peut également avoir un règlement intérieur qui prévoit certaines modalités. Modèle sur le service public.
A ce titre l’Assemblée Générale des adhérents peut décider d’inclure dans le règlement intérieur la demande de documents spécifiques alors que la règlementation ne prévoit pas que le club de tir puisse les demander.
Dans le cadre d’une association, c’est l’Assemblée Générale des adhérents qui fait sa propre loi.
Si c’est uniquement le président qui, de son initiative personnelle, fait des demandes excessives, alors elles sont juridiquement illégales.

Nous avons notamment rencontré des demandes excessives qui en ajoute à la règlementation existante :
- demande d’un certificat médical pour renouveler la licence. C’est inutile puisque lorsque l’intéressé aura sa licence, il devra retourner à nouveau chez le médecin pour qu’il tamponne sa licence,
- demande de l’inventaire des détentions de catégorie B ou même C pour la délivrance d’une feuille verte. Totalement illégale, s’il y a lieu, cette demande peut être faite par la Préfecture. Et puis ce fichier constitue un risque en cas de piratage. Ce serait le "circuit idéal" pour cambrioleur de tireurs,
- le président du club autoriserait des contrôleurs de la Police Nationale à pénétrer dans le club aux heures où le club est accessible aux adhérents tireurs. Nous savons que chaque club doit être contrôlé au moins une fois par an avec la collaboration de la Préfecture, mais pas de cette façon. Instruction de la DLPAJ.,
- il faudrait même nommer des "contrôleurs habilités" dont la liste serait communiquée à la police. Leur rôle serait de refuser l’accès au stand des tireurs qui n’auraient pas sur eux leur autorisation. Et le stand ne pourrait pas ouvrir sans leur présence !

Des bénévoles

il y a donc des "ayatollahs" qui refont la règlementation en inventant des règles à leur sauce et on en arrive à des situations totalement paranoïaques.

Mais ils ne sont pas tous comme cela. Avant de tomber sur le dos des présidents de clubs qui feraient des abus de pouvoir, il faut aussi considérer qu’ils sont bénévoles et subissent de nombreuses contraintes, aussi bien de l’administration que de la FFTir. Et que parfois ils utilisent ce que l’on appelle par ailleurs, le principe de précaution. Ils n’ont pas le droit bien sûr et même si c’est maladroit, on peut aussi comprendre leurs peurs. Parfois un peu de pédagogie peut rétablir l’ordre des choses. Si cela ne suffit pas, alors il faut poser une question lors de l’Assemblée Générale.

Mais il faut savoir aussi que beaucoup de présidents de club finissent par être tellement traumatisés par leur responsabilités qu’il en viennent à verrouiller tout ce qu’ils peuvent. En face il y a deux sortes de membres :
- ceux qui courbent l’échine pour ne pas faire de "vagues", surtout s’ils ont l’intention de demander une feuille verte. Cela d’autant plus que les clubs sont saturés de membres et que la "porte est grande ouverte" pour ceux qui sont mécontents, quitte à les "pousser un peu dehors,
- ceux qui connaissent parfaitement la règlementation qu’ils opposent et se rebiffent jusqu’à faire remplacer le président.

Si vous avez d’autres témoignages sur ce sujet, dites le moi !

Le vécu dans beaucoup de clubs
Mais la plupart du temps les Assemblées Générales sont bon enfant. Rapidement après la tenue de l’Assemblée, on passe à l’apéritif suivi d’un repas lourd en charcuterie dans lequel chacun "refait le monde".
Pour un peu ce serait la dernière image des albums d’Astérix et Obélix où les sangliers arrivent à la chaîne et la cervoise coule à flot !
Documentation :

Imprimer cet article

Imprimer