Accueil > Dossiers, études etc... > Armes : on parle d’elles, ou elle font parler d’elles > Novembre 2015 : Offensives contre la détention d’armes légales > Les armes semi-automatiques dans le "viseur" de la Commission de Bruxelles (...)

Les armes semi-automatiques dans le "viseur" de la Commission de Bruxelles !

dimanche 29 novembre 2015, par Thierry de VILLENEUVE

Le 7 janvier 2015 et le 13 novembre 2015 la France a été attaquée sur son sol par des groupes armés qui ont infiltré sur son territoire des armes que les journalistes désignent comme « armes de guerre ». Ces armes sont inaccessibles aux citoyens français, même pour ceux qui présentent tous les critères leur permettant de solliciter de l’administration l’autorisation de posséder une arme au titre du tir sportif ou de la collection.

Le 18 novembre 2015, sur la proposition de seulement deux commissaires non élus – Mme Elzbieta Bienkowska et Me Dimítris Avramópoulos – la Commission Européenne a : « adopté un paquet de mesures qui rendra plus difficile l’acquisition d’armes à feu dans l’Union Européenne, améliorera la traçabilité des armes détenues légalement, renforcera la coopération entre les États membres et garantira que les armes à feu neutralisées sont rendues inopérantes. Les propositions présentées aujourd’hui étaient prévues dans le programme européen en matière de sécurité, adopté en avril 2015, mais leur priorité est devenue plus pressante à la lumière des récents événements. Ce faisant, la Commission soutient les États membres dans leurs efforts visant à protéger les citoyens européens et à empêcher les criminels et les terroristes d’accéder aux armes. »

Une précipitation indécente de la Commission...

En réfrénant le réflexe immédiat d’un profond froncement de sourcils, on pourra relever la diligence avec laquelle la Commission Européenne a profité des « récents événements » pour produire sa proposition … 5 jours après les attentats, alors que les enquêtes sont toujours en cours et les victimes pas encore mises en terre ! C’est proprement ignominieux, indécent !

JPEG - 5.8 ko

Nous nous trouvons alors - nous tireurs sportifs et collectionneurs respectueux des lois - assimilés de fait aux terroristes qui ont perpétré ces massacres car la Commission Européenne considère que les armes (et explosifs) utilisées par les terroristes sont les mêmes que celles autorisées à l’achat et la détention par les simples citoyens européens (satisfaisant à un florilège de contraintes draconiennes).

La Commission Européenne propose depuis le 18 novembre 2015 une interdiction supplémentaire à la longue liste d’interdictions de sa Directive 2008/51/EC : interdire l’accès aux « armes automatiques converties en mode exclusivement semi-automatique », plus « celles qui leur ressemblent », suivi de « toutes celles qui ont été neutralisées - semi-auto et full auto ». En quoi la simple ressemblance d’une arme avec une autre la rendrait-elle plus dangereuse ou justifierait son interdiction, si on ne considère pas plutôt l’ensemble de ses caractéristiques ! Voir la définition Wikipédia.

Bref, la Commission Européenne interdit le Canada Dry … si des fois les criminels et les terroristes pourraient être tentés de préférer le Canada Dry au Whisky.

...qui se trompe de cible...

Le problème est que Commission Européenne en voulant - empêcher les criminels et les terroristes d’accéder aux armes - va interdire à ses citoyens respectueux des lois d’accéder à des armes dont les criminels et les terroristes n’ont que faire puisqu’ils n’ont jamais perpétré de méfaits avec des armes qu’ils auraient acquises légalement !

Le problème est que la Commission Européenne, malgré les nombreuses injonctions de la France, n’a jamais imposé à ses états membres un procédé de neutralisation efficace. La directive 2008/51/EC en est dépourvue. Mais la France – par son unique banc d’épreuve situé à Saint-Etienne – dispose d’un procédé de neutralisation très efficace qui satisfait à la fois l’administration et les collectionneurs … mais pas les criminels et les terroristes ! Cette neutralisation est efficace car les transformations apportées sont irréversibles (canon bouché et soudé à la boîte de culasse ; culasse découpée sur sa partie non visible et cuvette de tir obturée). La neutralisation française satisfait les collectionneurs car elle n’est pas visible (sauf un discret point de soudure du canon sur la boîte de culasse) et ne dénature pas l’arme car elle reste démontable et ses parties en mouvement restent mobiles. La pièce de collection conserve sa valeur historique et patrimoniale.

Comme de nombreux journalistes en quête de sensationnel l’insinuent (cf. revue de presse), prétendre remettre en état de tir une arme neutralisée par le BE de Saint-Etienne est fallacieux : les efforts, les matériaux, les équipements et le savoir-faire nécessaire à une telle activité sont ceux requis pour la fabrication complète d’une arme neuve. Pourquoi alors s’embêter à reconstruire une arme neutralisée par le BE de Saint-Etienne alors qu’il est plus simple d’en fabriquer une neuve !

La Commission Européenne, soucieuse du bien des citoyens européens, propose tout simplement d’interdire la neutralisation des armes … puisqu’elle propose que les armes neutralisées soient interdites ! Curieusement dans le même temps elle propose d’uniformiser les neutralisations, ce qui est une bonne chose.

Il est bien certain que les criminels et les terroristes n’ont cure de cette Directive puisque des armes « mal neutralisées » il y en a déjà suite à l’incurie de la Commission Européenne qui, dès la première version de sa Directive 1991/477/EEC, n’a pas normalisé un processus de neutralisation efficace qui apporte un niveau de garantie équivalent au système français. Et pourtant elle en parle depuis 2001. Elle s’y emploie maintenant avec un fort retard et en fait retomber les conséquences sur les citoyens européens respectueux des lois. Ces derniers seront spoliés de leurs biens, sans évoquer le préjudice émotionnel causé par cette confiscation, car c’en est une.

...en total décalage avec les réalités...

JPEG - 14.2 ko
Fusil semi-automatique AKM catégorie B soumis à autorisation du Préfet

La Commission Européenne a, à l’évidence, une étonnante méconnaissance du monde des armes et des classifications qu’elle a pourtant prônée par sa Directive 2008/51/EC : Les « Kalachnikov » - sujet de bien des émotions - sont des armes « automatiques » tirant par rafales. En s’en prenant aux versions « semi-automatiques » civiles, à toutes les armes conçues exclusivement en mode « semi-automatique », et en voulant interdire tout ce qui est, était ou ressemble à une arme « semi-automatique » tirant au coup par coup, la Commission Européenne veut interdire tout ce qui a été conçu et fabriqué dans le monde depuis plus de 100 ans : actif, transformé et neutralisé.

...avec une guerre contre toutes les armes, même celles à caractère patrimonial...

La Commission Européenne est en guerre contre les « armes de guerre » détenues par les citoyens européens … Mais il s’agirait d’armes de quelle guerre ? Celles des conflits du Moyen-Orient ? Non ! … En fait … toutes !

JPEG - 85.1 ko
Les PM neutralisés seront tous interdits

La désignation « armes semi-automatiques » et les nouvelles dispositions proposées concernent les Kalachnikov ET AUSSI les armes de la Première Guerre Mondiale, dont on a célébré l’année dernière le centenaire de la mobilisation générale du 02 août 1914 : ce sont les FM Chauchat, les mitrailleuses Hotchkiss 1914, les mitrailleuses Saint-Etienne 1907, les mitrailleuses Maxim et Vickers, les mitrailleuses Schwarzloze, les mitrailleuses Lewis, les FM BAR, etc. Ces armes sont, dans l’immense majorité, toutes neutralisées car trop anciennes, trop rares et trop chères pour être susceptibles d’être conservées (légalement) fonctionnelles.

JPEG - 39.5 ko
Les FM neutralisés seront tous interdits. Hotchkiss 1922 - MAC 1924/29

Cela inclut aussi les armes de la Deuxième Guerre Mondiale, dont on a célébré la fin en Europe l’année dernière aussi, la guerre de Corée, la guerre d’Indochine, la guerre d’Algérie : Les StG-44, les FM Johnson, les FM Vickers-Berthier, les Hotchkiss 1922, les FM BREN, les FM 24/29, les FM BAR (encore eux), les rares FG 42, les mitrailleuses MG 15, 30, 34 et 42, les mitrailleuses M1917, M1919, M2HB, les mitrailleuses Vickers, les PM Lanchester, STEN, Owen, Thompson, M3, PPd 40, PPSh 41, PPS 43, Suomi KP/-31, Beretta, Bergmann, Schmeisser, UDM42, MAS 38, MAT 49, Hotchkiss CMH2, les FSA FAL et M14, etc, pour ne citer qu’un minimum et que celles des principaux belligérants !

On n’est plus au temps de Bonnie and Clyde. Et le Petit Clamart fait parti d’une histoire qui ne se répète pas !

...mais ce seront les députés qui auront le dernier mot...

Bref, si nos députés européens, élus du peuple, votent cette proposition de Directive, nous allons détruire des centaines d’armes de collection et de musée. Nous allons détruire aussi nos armes de tir sportif en .2LRr qui leur « ressemblent » ! C’est un comble !!! … Pourquoi ? Parce que les criminels et terroristes se procurent bien plus facilement des armes et explosifs DÉJÀ interdites bien plus efficaces et importées tout aussi illégalement : des Kalachnikov entièrement automatiques, petites et légères, tirant en rafales de chargeurs de 30 coups et plus.

...avec comme victimes les collectionneurs qui n’y sont absolument pour rien !

JPEG - 43 ko
Finies les coûteuses M1919 et les M2HB sur les véhicules historiques. Il faudra les détruire.

Nous, les collectionneurs et les tireurs sportifs, n’y sommes ABSOLUMENT POUR RIEN. C’est en définitive nous qui sommes visés par cette directive spoliatrice et liberticide. C’est un comble ! Elles sont où les valeurs de l’Europe dans cette agression contre cette catégorie de citoyens des plus respectueuse des lois !

Et pendant ce temps là – les criminels et terroristes – officiellement visés par cette proposition de Directive – rigoleront de plus belle parce qu’ils auront réussi leur objectif premier : déstabiliser les démocraties, sinon les détruire. Eux – les criminels et les terroristes – continueront à assassiner de braves gens aux terrasses de restaurants et dans les concerts avec les armes qu’ils voudront !

La Commission Européenne n’aura en rien protégé les citoyens européens  ; elle aura dépossédé les plus respectueux des lois de leur patrimoine historique et de leur propriété. Elle aura effacé leur passé. Elle les aura transformés en cibles dociles pour de futurs attentats … bien sûr commis avec des armes toujours autant illégales, et pas du tout celles de l’immense liste des armes historiques qui seront interdites, même neutralisées, et détruites !

A notre époque où nos dirigeants crient à « pas d’amalgame » entre les « musulmans extrémistes » et les « musulmans modérés », l’amalgame est immédiatement fait par la Commission Européenne entre les « criminels », les « terroristes » et les « citoyens européens ». C’est insultant !

Il n’y aura pas eu plus grand scandale depuis la création de l’Europe !
JPEG - 33.1 ko
Les SAFN et FAL seront interdits, mais à quand l’interdiction de tous les FSA ?

Et que va t’il arriver par la suite ? Pourquoi la Commission Européenne n’interdirait-elle que les armes semi-automatiques « ressemblant aux armes automatiques » ? Dans sa logique, la prochaine étape sera d’interdire toutes les armes originellement semi-automatiques, bien sûr, quel que soit leur modèle et leur ancienneté. Cela concerne les Meunier A4 et A6, FA17 et 18, les FSA Garand M1 et M69, les carabines USM1, les FSA SVT-40, les FSA G-41 et G-43, les FSA Johnson, les FSA Ljungman, les FSA SA-FN, les FSA FAL, les FSA MAS 44, 49, 49/56, etc … Je ne parle là que des armes longues !

C’est insensé et intolérable !

JPEG - 27.3 ko
Un de nos correspondants, porte-drapeau européen au CEAC, a posté ces messages sur les réseaux sociaux. Il nous autorise à les reproduire ci-contre, in extenso :


Avec cette nouvelle tentative de la part de fonctionnaires non élus de la Commission Européenne, prenant ignominieusement l’opportunité des attentats de Paris, je vais être interdit du droit de posséder une pièce d’histoire - neutralisée - qui a été un des artisans de l’unité européenne : un FM Chauchat de la 1ère Guerre Mondiale, vieux de 100 ans.

JPEG - 14.3 ko
Le fusil mitrailleur Chauchat



Les terroristes auteurs des attentats de Paris n’ont PAS demandé une autorisation préfectorale pour faire entrer en France des armes de guerre modernes ... et ils ne se seraient absolument pas embarrassés de cette poussive ferraille centenaire pour commettre leurs atrocités.

Il en est de même pour cette mitrailleuse autrichienne Schwarzlose, ici présentée lors d’une exposition didactique sur les conflits mondiaux.

JPEG - 15.5 ko
La mitrailleuse Schwarzlose



Pourquoi serais-je punis, spolié et suspecté d’être potentiellement le complice de ces horreurs !
Leur tentative de m’assimiler à ces ordures de terroristes est une insulte à mon encontre et envers tous mes amis partageant cette même passion de l’histoire. C’est avant tout une insulte aux morts et aux blessés de Paris.



JPEG - 19.1 ko
Le pistolet mitrailleur Sten dans son contexte de l’Histoire


Avec cette nouvelle tentative de la part de fonctionnaires non élus de la Commission Européenne, prenant ignominieusement l’opportunité des attentats de Paris pour dégainer leur texte liberticide, je vais être interdit du droit de conserver une pièce d’histoire qui a été un des artisans de l’unité européenne : Une mitraillette STEN MkII.

Cet exemplaire que j’ai prêté ici au Musée de l’Histoire de Marseille est une véritable STEN du maquis. Elle a été neutralisée par mon armurier qui l’a reçue de la famille d’un résistant maintenant décédé. J’ai appris que cette famille avait rapporté cette STEN à la Gendarmerie dont ils dépendent, mais devant la valeur historique de cette STEN, les gendarmes ont eu la bienveillance d’accompagner cette famille chez mon armurier pour qu’il la lui remette et qu’elle soit proprement neutralisée et participe au devoir de mémoire. Ceci est chose faite : elle est restée 4 mois dans cette vitrine au musée, vue par des centaines de scolaires. J’ai fait en sorte que la famille qui s’en était dessaisie soit informée du devenir heureux et pacifique de l’arme de leur parent.

Ces fonctionnaires européens mettent dans le même sac terroristes et passionnés par l’histoire et le patrimoine de l’Europe.

Leur tentative de m’assimiler à ces ordures de terroristes est une insulte à mon encontre et envers tous mes amis partageant cette même passion de l’histoire. C’est avant tout une insulte aux morts et aux blessés de Paris.



Avec cette nouvelle tentative de la part de fonctionnaires non élus de la Commission européenne, prenant ignominieusement l’opportunité des attentats de Paris pour dégainer leur texte liberticide, je vais être interdit du droit de conserver une pièce d’histoire qui a été un des artisans de l’unité européenne : un FM 24/29, témoin de la débâcle de 1940 pour cet exemplaire là et dûment neutralisé aux standards français. Et je devrai certainement payer pour la destruction de cette pièce que je détiens depuis 40 ans.

JPEG - 18.8 ko
Le fusil mitrailleur Mle 24/29 lors d’une reconstitution

Cette pièce de collection m’accompagne lors de commémorations officielles où j’ai l’honneur de porter le costume d’hommes qui ont libéré la France. Qu’ils en soient mille fois remerciés. Je ne pense pas du même de ces fonctionnaires européens.

Ces fonctionnaires européens mettent dans le même sac terroristes et passionnés par l’histoire et le patrimoine de la France. Sauf que ces terroristes n’ont que faire d’un FM 24/29 de 11 kg pour perpétrer leurs crimes odieux.

Leur tentative de m’assimiler à ces ordures de terroristes est une insulte à mon encontre et envers tous mes amis partageant cette même passion de l’histoire. C’est avant tout une insulte aux morts et aux blessés de Paris.



JPEG - 28.4 ko
Le fusil Garand, libérateur de la France


Si cette nouvelle proposition de la Commission Européenne visant à interdire les armes semi-automatiques « issues de ou ressemblant à une arme automatique » et même leur neutralisation, pourquoi la Communauté Européenne ne continuerait-elle pas son chemin en interdisant TOUTES les armes semi-automatiques ?
Dans cette logique je serais interdit du droit de conserver une pièce d’histoire qui a été un des artisans de l’unité européenne : un fusil semi-automatique américain Garand M1.

Cet exemplaire que je tiens ici fièrement en main est arrivé en Provence en août 1944 et fut à moitié détruit. J’ai fait neutraliser les pièces actives (même si leur état interdisait toute tentative de tir, mais c’est la loi) et je l’ai complété avec les pièces manquantes. Je suis ici avec mes amis au cimetière militaire de Draguignan. Le soldat qui avait débarqué avec ce fusil se trouve peut-être devant moi à 6 pieds sous une des nombreuses pierres blanches de cette nécropole. Nous ne serons jamais assez reconnaissants du sacrifice de ces jeunes hommes, morts pour la libération de l’Europe et sa future unité, bien mise à mal.

Ces fonctionnaires européens mettent dans le même sac terroristes et passionnés par l’histoire et le patrimoine de l’Europe. Sauf que ces terroristes n’ont que faire pour perpétrer leurs crimes odieux d’un fusil semi-automatique de 5,100 kg, 1 m 10 de long et ne pouvant tirer que 8 cartouches.

Leur tentative de m’assimiler à ces ordures de terroristes est une insulte à mon encontre et envers tous mes amis partageant cette même passion de l’histoire. C’est avant tout une insulte aux morts et aux blessés de Paris.

La presse et les armes :
- Armes neutralisées temporairement,
- Le monde informe du projet de l’UE,
- D’après Le Monde, ce serait Paris qui aurait demandé à Bruxelles ces mesures,

Texte en français de la proposition de Directive.

Imprimer cet article

Imprimer