Accueil > Dossiers, études etc... > Les professionnels > Journée "portes ouvertes" à l’Ecole d’armurerie de Liège

Journée "portes ouvertes" à l’Ecole d’armurerie de Liège

dimanche 24 mai 2015, par Eric FLEISCHEL

Le lundi 23 mars 2015, le CES Léon Mignon organisait sa traditionnelle journée "portes ouvertes". A cette occasion nous avons été reçus avec beaucoup de gentillesse et d’attention par Monsieur Polis, Directeur, assisté de Monsieur JP.Corolla, Professeur et Coordinateur, ainsi que Monsieur Delrez, Chef d’atelier. Qu’ils en soient sincèrement remerciés.

Plus connu dans la profession sous le nom d’école d’armurerie de Liège, cet établissement demeure l’un des symboles d’excellence en matière d’enseignement des métiers d’art, gardien d’une tradition de savoir-faire armurier typique de la ville de Liège. Fondé en 1897 conjointement par l’Union des Fabricants d’Armes et l’appui du Gouverneur de la province de Liège, sa vocation était de former des ouvriers qualifiés pour les nombreuses entreprises d’armurerie prospérant en cette époque de révolution industrielle à la fin du XIXème siècle. A noter que l’Union des Fabricants donnera naissance un peu plus tard à la Fabrique Nationale située à Herstal.

Le nom de Léon Mignon, fut choisi en hommage au célèbre sculpteur liégeois auteur de la magnifique œuvre Le dompteur de taureau (Li Tore), médaille d’or au Salon de Paris de 1881 et qui se trouve au coin du pont Albert 1er et de l’avenue Rogier à Liège.
Plusieurs entreprises liégeoises adoptent d’ailleurs le taureau comme logo, un exemple des plus connus étant la marque de bière Jupiler. Représentant force et puissance, le taureau devient le symbole de la ville et illustre aujourd’hui le slogan : "Liège, forcer l’avenir !".
Durant plus d’un siècle d’existence, l’établissement a su se transformer afin de s’adapter aux nombreuses évolutions industrielles, comme la douloureuse décision de supprimer la section horlogerie en raison du déclin de l’horlogerie mécanique au profit des montres digitales ou des horloges devenues atomiques.

A l’heure actuelle sont enseignées quatre spécialités : Armurerie, Gravure-Ciselure, Outillage-Mécanicien d’entretien et Bijouterie.
La section armurerie qui nous intéresse tout particulièrement est par essence même la plus importante au sein de l’école. Elle comptait au 1er octobre 2014 près de 190 élèves pour un cycle complet d’étude de trois années obligatoires, suivies au choix de l’étudiant, d’une éventuelle quatrième année de perfectionnement, ou de spécialisation en montage à bois.
A noter que la liste cosmopolite des élèves illustre la renommée internationale de l’école qui ne se dément pas, car si les groupes les plus importants sont depuis toujours composés de français et de belges, suivis par les italiens, chaque année voit s’inscrire de nombreuses autres nationalités européennes avec même fréquemment des canadiens et des américains.

Ecole d’exigence, l’apprentissage au CES Léon Mignon demande beaucoup de courage et d’opiniâtreté, du soin et de la volonté. Bien sûr ces efforts sont récompensés par un certificat de qualification professionnelle, complété éventuellement par un certificat de perfectionnement et le CESS, mais c’est avant tout une préparation à la vie professionnelle dans laquelle vont se plonger les élèves dès leur sortie.

En effet, le plus difficile des examens, le vrai jury, n’est pas celui de fin d’études, mais le jugement des employeurs qui embaucheront les jeunes diplômés qui devront faire leurs preuves rapidement au sein de l’entreprise.
C’est pour cela que depuis quelques années, en relation avec les 12 professeurs d’armurerie, l’enseignement sort un peu du cadre traditionnel pour faire découvrir aux élèves d’autres domaines connexes comme la gravure, les machines-outils ou la connaissance des matériaux.
Egalement en projet, des cours de réparation sur bois afin de préparer les armuriers à s’insérer plus vite dans des ateliers de réparation avec plusieurs cordes à leur arc.
Précisons que le voyage organisé tous les deux ans à l’IWA de Nuremberg sera complété cette année par un séjour en Angleterre avec les élèves de 6ème année en gravure pour visiter les ateliers des prestigieuses maisons Boss et Holland & Holland.

Notre profession évolue énormément et nous devons devenir polyvalents.
L’école a ainsi investi dans des nouvelles machines, du matériel informatique de pointe permettant de dispenser des cours de DAO (dessin assisté par ordinateur) et a installé des tableaux interactifs dans plusieurs salles. Quant aux salles de gravure-ciselure, elles ont été entièrement remises à neuf en 2014 avec un environnement entièrement refait et de nouveaux établis.

Cette visite fut donc l’occasion de parcourir les ateliers et de rencontrer des professeurs disponibles et patients, supervisant les élèves des différentes sections travaillant à leur ouvrage. Chaque fois nous avons été frappés par l’enthousiasme qui émane de tous ces jeunes venus pour concrétiser leur passion de la mécanique et travaillant à l’acquisition des connaissances techniques et de l’habilité manuelle requises pour en faire leur métier.

Pour ceux qui sont passé par le CES Léon Mignon ces dernières années, les photos ci-après montrent que les fondamentaux sont toujours là, que les pièces d’exercices d’atelier n’ont pas changé et que l’esprit d’exigence reste toujours le même dans l’apprentissage des différentes facettes de notre magnifique métier, avec un environnement pédagogique exceptionnel.

Aussi l’année prochaine, pourquoi à votre tour ne pas profiter de ces journées portes ouvertes pour découvrir ou redécouvrir le CES Léon Mignon et la bonne ville de Liège, la "Cité Ardente".

L’horloge astronomique de l’Ecole d’armurerie


Cette horloge présentée dans le bureau de la direction a été entièrement calculée et construite au sein de l’école par les sections de machines-outils, d’horlogerie, de gravure et d’arts appliqués, grâce au concours des professeurs titulaires assistés par leurs élèves.
L’école de menuiserie et d’ébénisterie de Liège a apporté son aimable collaboration pour l’huisserie.

Cet ouvrage, fruit de plusieurs années d’un travail soutenu, fonctionne à l’aide d’un mouvement central unique tirant son énergie de la pesanteur, le contrepoids se remontant automatiquement grâce à un dispositif électrique synchronisé.
L’ensemble des mouvements comporte 2.312 rouages, portant plus de 14.000 dents taillées avec grande précision. L’ensemble anime 28 cadrans dont un planétaire.

Panneau central à trois cadrans
Le grand cadran central en onyx décoré donne l’heure légale, l’aiguille rouge marquant la seconde exacte à chacune de ses impulsions.
Le petit cadran gauche montre les différents aspects périodiques des phases lunaires et chaque jour de la semaine apparait à minuit dans un voyant.
Le petit cadran de droite indique le mois en cours ainsi que le jour du mois. Le mécanisme tient compte automatiquement des différences mensuelles et des années bissextiles.
L’ensemble décoratif en dinanderie ciselée montre les signes du zodiaque, tandis que l’écusson central de la ville de Liège symbolise les activités de la province.

Panneaux du corps principal
Quatre panneaux portant chacun six cadrans sont décorés de métal ciselé reprenant les écussons des provinces belges (au nombre de 9 à l’époque).
Les cadrans donnent l’heure moyenne des principales capitales mondiales réparties sur les 24 fuseaux horaires. Ils se lisent alphabétiquement de gauche à droite du meuble. Le sixième cadran du deuxième panneau marque l’heure vraie au méridien de Liège.

Planétaire
Le planétaire montre les neuf principales planètes du système solaire actuellement connues, animées de leurs vitesses angulaires réelles de translation sur leurs orbites respectives.
Les ellipses de gravitation sont ramenées à des circonférences équidistantes.
Le cadran extérieur en acier gravé est gradué en fonction des accélérations annuelles de la Terre et indique sa position orbitale à tous les moments de l’année. L’axe horizontal de ce cadran situe la position exacte du périhélie (à droite) et de l’aphélie (à gauche).

Imprimer cet article

Imprimer