Accueil > Bourses aux armes, salons - expositions - Annuaires > Sur les pas de Charette

Sur les pas de Charette

mercredi 8 avril 2015, par Jack PUAUD

Qui était Charette ?

En dehors de l’ouest de la France et de certains érudits, peu de personnes connaissent le personnage.
Charette, officier de marine, finira lieutenant de vaisseaux et prendra jeune une retraite dans son château de Fonteclose à la Garnache près de Challans.

Le personnage, bon vivant, aime assurément beaucoup la fête, la bonne table et les dames de compagnie…Qui deviendront pour certaines ce que l’on a appelé les amazones.
Charette coule des jours heureux et n’est pas franchement enchanté quand les maraichins viennent le cueillir au gîte pour prendre le commandement de leurs troupes.

Après s’être longuement fait prier, il décide d’accepter la proposition qui lui est faite en exigeant de ses hommes une obéissance totale, et une discipline de fer.
Le personnage en lui-même est très controversé, non pas entre vendéens et républicains, mais entre blancs également.
Se montrant souvent cruel, il était également individualiste, fier et jaloux de ses prérogatives.

Nous ne le verrons que trop rarement assister les autres troupes de la Vendée militaire qui pourtant, à maintes reprises, se porteront à son aide.
Il signera la paix de la Jaunaie près de Nantes sans se croire obligé d’en référer à quiconque ; ce comportement lui créera beaucoup d’inimitiés, notamment auprès de Stofflet, autre grand personnage des guerres de l’Ouest…Un moment il se montrera décidé d’aider les républicains à la capture du Lorrain cité ci-dessus !

Après la reprise des combats, il est poursuivi par toutes les troupes disponibles du secteur.
Blessé, il est capturé puis emmené au château de la Chabotterie
Il sera fusillé place Wiarmes à Nantes.
Chef jeune, rusé et hardi comme devait l’être l’ancien marin, il était partout là où on ne l’attendait pas.
Sa plus grande victoire fut la prise de Noirmoutiers.

La taille bien prise, 5 pieds 5 pouces, il était élégant, toujours vêtu avec recherche ; le personnage pittoresque est devenu au fil des années un personnage exotique comparable à Mandrin dans la mémoire populaire !
Il disait souvent : « combattu souvent, battu parfois, abattu jamais ! »,
« tant qu’une roue restera Charette roulera ».

Ce préambule assez long est nécessaire pour comprendre le pourquoi de ce parcours en ces lieux.
Depuis de nombreuses années, St Sulpice le Verdon, en son château de la Chabotterie, accueille un musée des guerres de Vendée.
Il y a de nombreuses années, Daniel Trouvé, propriétaire alors des lieux, avec les moyens du bord, évoquait dans son musée cette période dramatique de l’histoire.

Cet espace muséographique offrait alors au visiteurs divers objets authentiques contemporains de cette période ; armes, affiches, drapeaux dont un magnifique étendard offert par la marquise de La Rochejaquelein aux troupes royalistes .
Le visiteur était guidé par un fond sonore contant année par année le déroulement dramatique des évènements ; des chants de guerre illustraient également cette évocation émouvante.Suivait la visite du logis avec la cuisine sur la table de laquelle Charette, grièvement blessé, avait pris place.A l’étage, une superbe exposition de militaria du Premier Empire s’offrait à nos yeux. A signaler qu’à cette époque une magnifique bourse aux armes était organisée, à laquelle participaient les marchands et collectionneurs les plus prestigieux de France !

JPEG - 21.1 ko
Veste de soldat vendéen.

En citer un serait prendre le risque d’en oublier même si aujourd’hui , hélas, beaucoup nous ont quittés.
Après fermeture, les lieux sont restés un peu à l’écart.
Quelques années après, le logis ouvre à nouveau et une place plus modeste est accordée aux évènements de la grande guerre de Vendée…
A noter tout de même une suite de salles dans lesquelles des mannequins en tenue d’époque narraient les campagnes et les aléas de cette période trouble.
Les personnages animés, synchronisés avec les propos tenus, semblaient véritablement s’adresser au visiteur ; l’effet était à la fois émouvant et troublant.

Cette année, le nouveau parcours est réalisé en utilisant les outils du XXIème siècle !
L’informatique révolutionne la visite devenue interactive.
Equipé d’un casque audio dolby stéréo et d’une console, vous n’avez plus qu’à parcourir l’histoire.

Présentation vidéo du pistolet de Charette fusillé à Nantes le 29 mars 1796. Production du Conseil Général de la Vendée créée pour la scénographie historique "Charette et la guerre de Vendée". Cette exposition est ouverte depuis le 1er février 2015 au Logis de la Chabotterie.

Nouveauté 2015 au Logis de la Chabotterie avec un espace scénographique.
En cliquant après prise de visée sur un cercle rouge, l’image et le son font leur apparition…
Portraits des chefs vendéens.
Grandes batailles des guerres de Vendée.
Présentation des généraux républicains, de leur armement, des troupes.
Même présentation de l’armée vendéenne.
Présentation des armes de Charette , puis du chargement et de l’utilisation d’un pistolet 1777.
Puis le "dernier parcours de Charrette" proprement dit
Sa tenue, ses armes, sa vie,…Son visage.
Lorsque Charette est fusillé, son corps est jeté dans les carrières de Gigant à Nantes parmi les centaines, pour ne pas dire les milliers, de suppliciés…
Un homme très courageux, pour ne pas dire inconscient, fera deux moules en plâtre de son visage…
Ces deux moules, dont un exemplaire figure dans une collection privée, seront conservés jusqu’à nos jours…
Un positif réalisé à partir de ce moulage figure dans une vitrine, un miroir en constituant le fond…
A partir de ce positif, grâce à l’aide de logiciels utilisés par la gendarmerie ou la police nationale et par les services d’identification médico légaux, il a été possible non seulement de reconstituer le visage du supplicié mais également de l’animer…
Pas à pas, vue par vue, le processus se déroule devant vos yeux sur la glace placée au fond de la vitrine ; Charette fait la moue, vous regarde, vous suit des yeux !

L’espace interactif Charette
JPEG - 26.3 ko
Nouveauté 2015 au Logis de la Chabotterie avec un espace scénographique.

Reste le tableau qui représente son exécution ; lui aussi a été modélisé et sur écran géant nous voyons le peloton se mettre en place, Charette diriger le feu selon son désir puis s’effondrer sans vie.
Pour les amateurs d’armes, le logis du XVIIIème propose pistolets, fusils et mousquetons d’époque, coiffures, tenues, et objets militaires divers. Les amateurs de vieux meubles ne seront pas déçus !

L’impression donnée est celle d’une visite inopinée un beau dimanche, la table est dressée, la fin du repas est proche, on attend le dessert, les invités sont sortis dans les jardins fumer ou disserter agréablement.
Les jardins sont superbes et visitables, la surface de vente propose à des prix corrects tout un panel de gravures, livres, CD et DVD sur le sujet.
Une visite s’impose si vous passez dans la région, le meilleur accueil vous est réservé. Le prix d’entrée plein tarif est de 6 euros, comptez 5 heures de visite minimum sous le regard de Charette dont la statue grandeur réelle vous attend dans le hall.
Merci à Monsieur Demoulin Xavier pour son accueil sympathique, ainsi qu’à toute l’équipe.

Imprimer cet article

Imprimer