Accueil > Accueil > L’association UFA > L’Union Française des amateurs d’Armes (UFA) > De la collection d’armes au sacerdoce !

De la collection d’armes au sacerdoce !

samedi 14 janvier 2012, par UFA

A l’issue de mon travail sur la règlementation des armes, j’ai reçu un mail d’un de mes amis du Canada qui résume bien tout le travail que j’ai pu faire pour la nouvelle règlementation.

Plutôt que de résumer moi-même, je préfère publier ce qu’il m’a écrit.

Cher JJB,

Bravo pour ton intervention à l’Assemblée Nationale vue sur YOUTUBE.
Te connaissant, je vois bien que tu as totalement le contrôle de ton exposé, mais aussi que tu pèses tous tes mots pour ne dire que ce qui est nécessaire... le mieux étant l’ennemi du bien...
Qu’ils recoivent le message et ils pourront ensuite faire ce que tu as ’’suggéré’’... mais ils auront le sentiment que toutes ces bonnes idées viennent d’eux... et qu’ils restent les maîtres...

Je ne sais pas combien l’UFA compte de membres, ni quel est le montant de la cotisation, mais je sais une chose, c’est que tous les collectionneurs d’armes français te doivent une fière chandelle... et le mot est faible... il s’agirait plutôt d’un énorme cierge...
Ils ne réalisent sans doute pas toute le bonne volonté et l’énergie que nécessitent un tel combat contre des idéologies... car il ne s’agit que des idéologies et des courants politiques... où que ce soit...
Tu as passé des centaines d’heures sur ces dossiers et tu as dû aussi passer pas mal de nuits blanches... Peu de gens doivent en être conscients, mais moi, je m’en doute... lorsqu’on prend à cœur un tel combat, ça se rapproche du sacerdoce...

J’espère que ta santé ne se sera pas ressentie de cette lutte sur plusieurs années.
Quand on sait aussi que la fin de l’époque le Hussard n’a pas étée de tout repos, je me doute que tu as du avoir quelques périodes difficiles ces dernières années.

Voilà. Ça faisait un moment que je voulais te féliciter d’avoir fait ce que tu as fait pour créer ’’un monde meilleur’’ pour les collectioneurs d’armes, dans la mesure de tes possibilités et de tes talents.

C’est maintenant chose faite.

J’espère que tout va aller dans le bon sens en matière de lois et que tu vas enfin pouvoir un peu souffler et te consacrer à ton site web. Ce sera sans doute plus rigolo et gratifiant.

Ton ami Gérard du Canada.


Ma réponse :

Je dois avouer que je suis gratifié de nombreuses façons différentes. D’abord un grand nombre d’amateurs d’armes on pris conscience du résultat. Quand on visionne totalement la vidéo de la commission des lois, (80 mn) on entends à de nombreuses reprises les mots collection, collectionneurs et patrimoine.
La date de 1900 est validée par la loi, le statut du collectionneur reconnu etc.

Je me souviens d’une entrevue que j’avais eu il y a tout juste trois ans avec un haut fonctionnaire du Ministère de l’Intérieur. Dès que je lui ai parlé de 1900, il m’as interrompu en disant : "il n’en est pas question, les armes anciennes c’est trop dangereux". [1] Et trois ans plus tard j’ai satisfaction.

Ma seule interrogation reste vis à vis de mes confères marchands d’armes anciennes. Sur plus d’une centaine, seuls moins de 15 adhèrent à l’UFA et tout au plus 5 me soutiennent en apportant régulièrement leurs contribution avec des idées.
Sans parler évidement de mon ancienne société qui a choisi le contentieux comme type de relation. Ce choix m’a entravé en me faisant perde un temps considérable, temps que je n’ai pas pu consacrer à mon travail sur la règlementation, dont elle sera la première bénéficiaires avec l’élargissement de sa gamme d’armes à vendre.
Enfin, chacun choisi ses priorités !

J’ai choisi depuis longtemps de placer le débat sur les plans politique, juridique et européen pour faire évoluer les choses. Le ton geignard que les collectionneurs ont toujours eu pour se défendre, n’était pas porteur.
Il fallait appliquer la devise de Bigeard : "être et durer".

En tout cas, merci à tous ce qui m’on soutenu moralement ou plus en adhérent à nos associations. D’ailleurs il n’est pas trop tard pour le faire. Adhérez.

JJB


[1Pour la petite histoire : lorsque le 28 février 2010, j’ai été bien reçu par le chef de cabinet adjoint du Ministre de l’Intérieur, je l’ai remercié de son bel acceuil. Et j’ai ajouté que cela n’avais pas toujours été le cas. Quand j’ai donné le nom et la circonstance, il m’a répondu en regardant le Préfet Molle : mais celui la, il doit être muté. Ce cela a été fait le mois d’après.

Imprimer cet article

Imprimer